Eglise, vérité et humanité

09 décembre 2017

LES REMERCIEMENTS DES JUIFS ENVERS PIE XII

1  En décembre 1940, Einstein rend hommage à Pie XII : « Seule l’Eglise s’est dressée sur le chemin d’Hitler qui voulait supprimer la vérité. Auparavant l’Eglise ne m’avait jamais passionné. Aujourd’hui je ressens beaucoup d’affection et d’admiration car elle seule a eu le courage et la ténacité de se battre pour la vérité intellectuelle et la liberté morale. Je suis donc forcé d’admettre qu’à présent je loue sans réserve ce qu’avant je méprisais » (Time Magazine).

2  En octobre 1943, le grand rabbin de Jérusalem Herzog, remercie Pie XII pour avoir empêché la déportation des Juifs d’Italie en septembre.

3  A la date du 5/06/1944, la brigade juive intégrée au 8ème corps d’armée britannique, au lendemain de la libération de Rome, porte la phrase suivante dans son bulletin d’information : « Il restera pour toujours à l’honneur de la population de Rome et de l’Eglise catholique romaine que le sort des Juifs ait été adouci grâce à l’Europe vraiment chrétienne » (Le Livre des Merveilles).

4  Après la guerre, le Congrès juif mondial, « au nom de toute la communauté juive, exprime une fois de plus sa profonde gratitude pour la main protectrice tendue par Sa Sainteté aux Juifs persécutés pendant ces temps terriblement éprouvants » (Jean Sévillia, Historiquement correct, p.389)

Le grand rabbin de Rome, Israël Zolli et sa femme se convertissent au catholicisme. Ils choisissent tous les deux pour prénoms de baptême, celui du pape : Eugenio et Eugenia, en hommage à l’action de Pie XII en faveur des Juifs. « La rayonnante charité du Pape, penchée sur toutes les misères engendrées par la guerre, sa bonté pour mes coreligionnaires traqués, furent pour moi l’ouragan qui balaya mes scrupules à me faire catholique ».

6  En 1958, à la mort de Pie XII, Golda Meir (future chef d’Etat) à l’ONU, déclare : « Pendant les dix années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyre effroyable, la voix du pape s’est élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes ».

7  Pinchas Lapide, consul d’Israël à Milan, après une enquête dans toute l’Europe, écrit dans Rome et les Juifs (Seuil, 1967) : « L’Eglise catholique, sous le pontificat de Pie XII, fut l’instrument qui sauva au moins 700 000 mais probablement jusqu’à 860 000 Juifs d’une mort certaine de la main des nazis ». « Jean XXIII, alors Mgr Roncalli, m’interrompit à plusieurs reprises pour me rappeler qu’il avait chaque fois agi sur ordre précis de Pie XII ».

Le rabbin Elio Toaff, qui accueillera Jean-Paul II à la synagogue de Rome en 1986, proclame que « les Juifs se souviendront toujours de ce que l’Eglise a fait pour eux, sur ordre du Pape, au moment des persécutions raciales » (Historiquement correct, p.390).

Le rabbin Dalin, historien, déclare en février 2001 : « Le Pape Pacelli a été le plus grand soutien des Juifs. Aucun autre pape n’a été autant loué par les Juifs avant lui. Pie XII fut véritablement et profondément un Juste parmi les Nations » (The Weekly Standard Magazine, février 2001 et Documentation Catholique n°2066).

 

  Tous ces faits malheureusement ignorés n’empêchent pas il y a quelques mois quatre de nos brillants intellectuels, les journalistes Vanessa Burggraf et Yann Moix, l’animateur Laurent Ruquier et le philosophe Michel Onfray de convenir le 11/02/2017 au cours de l’émission On n’est pas couché sur France 2, que « Le christianisme est lié au nazisme. Le Vatican a collaboré avec le régime nazi ».